English | Français

Histoire de Varadero

Selon l’art, les poteries, et autres objets retrouvés dans les grottes (telles que la Cueva de los Musulmanes, et la Cueva de Ambrosio) et dans d'autres sites préhistoriques le long de la péninsule, la région était peuplée par des indigènes Tainos (du groupe Arawak). Au cours du 16ième siècle le Port de la Péninsule Hicacos fût utilisé comme cale sèche (“varadero” en espagnol) pour la réparation des navires. Le nom VARADERO a continué à être utilisé par la suite. Toujours au 16ième siècle une saline appelée Salina La Calavera (Saline du crâne) commence ses opérations et on croit qu’elle pourrait être une des toutes premières salines à être exploitée dans le Nouveau Monde durant la colonisation

C’est seulement à la fin du 19ième siècle que Varadero reçoit ses premiers touristes lorsque dix familles de Cardenas obtiennent la permission de bâtirleur maison de vacances sur la péninsule dans les années 1870s, puis lors des prochaines décennies Varadero devient une station balnéaire pour de riches Havanais et Américains incluant Irenée Dupont de Nemours qui bâtit son domaine sur la péninsule Hicacos au début des années 1930. Plusieurs célébrités choisissent alors Varadero comme lieu de villégiature dans les années 1930 à 1950, incluant Al Capone. Durant cette extravagante période plusieurs manoirs et hôtels furent construits et la destination devient une prestigieuse station balnéaire pour un tourisme d’élite.

Arrive ensuite une des plus importantes périodes de l’histoire moderne de Cuba, la Révolution, le pouvoir est alors saisi par Fidel Castro et ses rebelles en 1959. Le focus du nouveau gouvernement est d’abord d'améliorer la vie des cubains (meilleure éducation, meilleurs services médicaux, etc.), donc durant les années subséquentes moins d’effort furent mis de l’avant pour maintenir ou améliorer l’industrie touristique. Plusieurs grandes demeures de Varadero furent expropriées de leurs riches propriétaires et transformées en musées, galeries d'art ou ambassades. La vision de l’époque était de faire de Varadero un endroit accessible aux cubains et touristes de toutes classes sociales.

Entre les années 1960 et 1980 Varadero devint aussi un important centre culturel où de nombreux concerts et festivals avaient lieu chaque année. Mais c’est seulement vers la fin des années 90 que le gouvernement cubain décide de vraiment prioriser l’industrie touristique en construisant de nombreux hôtels tout-inclus, de 4 ou 5 étoiles pour la plupart

Les touristes proviennent principalement du Canada, de l’Europe et de l’Amérique Latine, le nombre de touristes provenant des États-Unis est limité dû aux restrictions imposées par le gouvernement américain rendant illégal ou difficile pour ses citoyens de visiter Cuba en tant que touriste. Les relations entre Cuba et les États-Unis furent complétement redéfinies au début des années 1960 (suite à la Révolution cubaine) et l’embargo économique contre Cuba est toujours en vigueur aujourd’hui (2014).

Varadero reçoit annuellement plus de 1 millions de touristes et est le plus gros pôle touristique de Cuba avec plus de 60 hôtels. Si l’embargo américain était levé, il est à prévoir que ce nombre pourrait aisément doubler. Ces dernières années (surtout depuis 2010) quelques efforts ont été fait pour assouplir l’embargo et améliorer les relations entre les deux pays; en plus de nombreuses réformes effectuées par le gouvernement cubain pour améliorer les institutions cubaines et redéfinir la façon dont les cubains gagnent leur vie et mènent une vie plus indépendante. Les investissements et efforts effectués dans les années 2000 pour améliorer l’infrastructure touristique et la construction de nouveaux hôtels (plus que pour les besoins actuels!) sont des signes que Cuba semble actuellement se préparer rapidement à la venue de nouveaux marchés (États-Unis?, à suivre…)